Sociocratie

La sociocratie, aussi appelée « Dynamique participative », est un système de gouvernance basé sur les principes de la cybernétique (étude des systèmes). L’idée est que l’organisation soit déclinée en différents cercles qui appliquent la prise de décision par consentement tout en gardant le système hiérarchique traditionnel pour le contrôle et la coordination de l’exécution des décisions.

 


 

L’organisation en cercles

En sociocratie, on se base sur l’organigramme hiérarchique habituel, mais chaque unité de cet organigramme correspond à un cercle de décision (aussi appelé cercle de concertation). Ce cercle a une mission claire (dans les limites définies par le cercle supérieur) et délègue à ses membres les fonctions opérationnelles reliées à la réalisation de cette mission.

Le cercle est responsable de trois choses :

l’atteinte des objectifs annuels de l’unité
• l’amélioration de ses méthodes de travail
• le développement des compétences de ses membres

Chaque cercle est composé :

D’un Premier lien
Le responsable hiérarchique de l’unité. Il est celui qui est chargé de la mise en application des décisions prises dans le cercle. Il est aussi membre du cercle supérieur et fait descendre l’information vers son cercle.
D’un Second lien
Un membre de l’équipe désigné par le cercle). Il est aussi membre du cercle supérieur où il fait remonter les informations de son cercle, complétant, avec le Premier lien, le système de communication entre cercles appelé « double lien ». Il n’est cependant pas un porte-parole de son cercle : il le représente, mais évalue et exprime son opinion selon ses propres convictions sans devoir consulter son cercle auparavant.
D’un Animateur
Garant du processus de décision et de la gestion du temps.
D’un Secrétaire
Garant de la gestion du temps, de la mémoire du cercle et du suivi des réunions.

Chaque cercle peut décider de créer un ou des groupes d’amélioration ad-hoc lui approfondissent certaines matières spécifiques et aboutissent à des propositions (en fonctionnant aussi sur un mode précis, non détaillé ici, allant de l’analyse de problème à l’élaboration d’une proposition). Ces propositions sont ensuite soumises au cercle de décision.


La prise de décision par consentement (=/= consensus)

Dans les cercles, les décisions se prennent au consentement. Le consentement ne doit pas être confondu avec le consensus. Le consensus = « tout le monde dit oui », le consentement = « personne ne dit non ». En sociocratie, une décision sera donc prise quand une proposition ne rencontre plus aucune objection. Avoir une objection envers une proposition, c’est ne pas pouvoir « vivre » avec la proposition car elle transgresse une limite de tolérance. Elle doit être « raisonnable » et donc argumentée. Avoir une objection n’est donc pas exprimer une préférence personnelle (ex: « il faudrait faire ceci plus tôt que cela »). La prise de décision par consentement passe par un processus très structuré, dont les étapes sont les suivantes :

Tour d’inclusion
Chacun décrit l’état d’esprit dans lequel il arrive.

• Clarifier la proposition
Présentation de la proposition puis tour(s) de table où chaque membre peut poser une question et avoir une réponse -pas de discussion ouverte-.

Si l’animateur le juge utile, deux autres étapes peuvent alors être ajoutées :

◦ Tour de réaction
(sans discussion ouverte)
◦ Amendement
Le proposeur peut s’il le veut amender sa proposition en fonction de ce qui a été dit, pas de discussion ouverte.

Recueil des objections
Tour de table : l’animateur demande à chacun s’il a une objection envers la proposition (oui ou non). Puis chaque objection est exprimée selon l’ordre jugé pertinent par l’animateur, et le secrétaire les écrit à la vue de tous si nécessaire.

Bonification de la proposition
Les objections sont traitées une par une : pour chacune d’elles, les membres sont invités à exprimer des idées améliorant la proposition initiale en la faisant tenir compte de l’objection, avec ou sans tour table, mais sans se transformer en débat.

Recueillir le consentement
Tour de table où l’animateur demande à chacun s’il a une  objection à apporter à la proposition bonifiée (oui ou non). Si oui, on traite les objections comme précédemment.

Rédaction de la décision et approuver la rédaction
Le secrétaire rédige la décision; la rédaction est soumise au consentement (non-objection) du groupe.

• Évaluation du processus
Chacun exprime ses réflexions et son appréciation sur la décision prise et sur le processus qui y a aboutit.

 


 

L’élection sans candidat (consentement)

Ce processus intervient lorsque le groupe doit désigner une personne (pour attribuer un poste ou un mandat à une personne). Rem.: il sert également lorsque le groupe doit faire un choix entre plusieurs options (moyennement une ou deux adaptations étant donné qu’il ne s’agit pas de l’élection d’une personne).

• Clarifier le rôle
Le groupe met par écrit la description de la fonction ou du mandat et liste les qualités requises pour pouvoir l’assurer, à travers un ou plusieurs tours de table si nécessaire.
Remplir les bulletins de vote
Chacun remplit un bulletin de vote, inscrivant son nom et le nom de la personne qu’il choisit. Les bulletins sont collectés par l’animateur.
Dévoiler les choix de chacun
L’animateur dévoile le choix des votants, et fait un tour de table demandant à chacun d’expliquer les raisons de son choix. Pas de discussion ouverte.
• Possibilité de changer son choix
Selon ce qui a été dit, chacun peut choisir ou non de changer son choix vers une autre personne, le cas échéant en motivant leur changement.
• Demander qu’une proposition soit faite au groupe
L’animateur demande si quelqu’un veut faire une proposition de candidat au groupe (une seule à la fois).
• Recueil des objections
Tour de table : l’animateur demande à chacun s’il a une objection à la proposition (oui ou non), la personne désignée par la proposition s’exprimant en dernière. Puis nouveau tour de table : les membres ayant une objection l’expriment. Si trop d’objections, l’animateur peut inviter le groupe à émettre une nouvelle proposition.
• Bonification de la proposition
Les objections sont traitées une par une : pour chacune d’elles, les membres sont invités à exprimer des idées améliorant la proposition initiale en la faisant tenir compte de l’objection, avec ou sans tour table, mais sans se transformer en débat.
• Recueillir le consentement
Tour de table où l’animateur demande à chacun s’il a une objection à apporter à la proposition bonifiée (oui ou non). Si oui, on traite les objections comme précédemment.

 


Techniques de facilitation et tenue d’un atelier en sociocratie

Initiation aux techniques de facilitation et à la tenue d’ateliers en sociocratie (préparée par le Collectif Horizontal pour les participants des ateliers de Mumble Constituant).

Support de présentation

 


Processus de délibération : La recherche du consentement


Ouvrir en plein écran

Publicités