Différences entre Socio- et Hola- cratie

Les deux utilisent les mêmes outils :

• organisation en cercles
• double lien (qui assure la communication entre cercles)
• prise de décision par consentement
• élection sans candidat basée sur le consentement lorsqu’un choix ou une élection doit être fait


Sur le papier, les deux approches semblent donc très similaires, mais sociocratie et Holacratie intègrent ces outils dans des paradigmes différents :

• L’Holacratie dispose d’un « espace de gouvernance », pas la sociocratie
La différence fondamentale se situe dans le fait que l’Holacratie, au lieu de se calquer sur la hiérarchie pyramidale traditionnelle comme le fait la sociocratie, distingue les humains de l’organisation et crée un « espace de gouvernance » qui répartit le pouvoir de façon différente que la hiérarchie pyramidale classique. En Holacratie, l’espace de gouvernance est un espace de définition et de distribution de l’autorité de l’organisation. Il sert à préciser qui, en dehors des réunions, peut faire quoi, dans quelles limites etc. Cela se fait à travers la définition des rôles et des cercles. A cet espace de gouvernance s’ajoute un processus chargé de la coordination opérationnelle du travail : la réunion de triage. Ainsi, si on prend le point de vue de l’Holacratie, la « gouvernance » en sociocratie est toujours la hiérarchie pyramidale, sur laquelle on a par ailleurs placé un processus de décision par consentement durant lequel on efface la hiérarchie. Les deux approches n’ont donc pas la même définition du mot « gouvernance ». Cela semble être un point de critique des développeurs de l’Holacratie envers la sociocratie : garder la hiérarchie pyramidale en dehors des réunions de cercle peut rendre les réunions ambigües car les Premiers Liens gardent une aura de pouvoir importante sur l’opérationnel, ce qui n’est pas le cas en Holacratie. Il est donc difficile pour les travailleurs de faire semblant que ce pouvoir n’existe pas lors des réunions. Cela peut aussi mener à des situations où une décision est prise en réunion, mais que lorsque l’on se retrouve à devoir l’appliquer de manière opérationnelle en dehors de la réunion, il peut être difficile de cerner à quel point cette décision limite ou pas l’autorité du manager-Premier lien. Il peut également être difficile de savoir quand le manager peut revenir en réunion pour modifier la décision prise ou pas etc. La critique est donc fondamentalement un manque de structure. Une manière de réduire ce problème en sociocratie est probablement que le cercle adopte un règlement qui adresse ce genre de situation. Mais là où l’Holacratie propose d’entrée une structure complète, en sociocratie cette structure n’est pas prévue a priori.

• Holacratie : deux processus de décision selon la nature de la décision au lieu d’un en sociocratie
En sociocratie, les décisions organisationnelles aussi bien qu’opérationnelles se prennent au sein du cercle. Pas en Holacratie où il y a deux processus distincts pour l’organisationnel (l’espace de gouvernance) et l’opérationnel.

• La nature des cercles n’est pas la même
En sociocratie, les cercles s’organisent autours des personnes, autours des équipes. En Holacratie, les cercles s’organisent autours des rôles, et donc du travail à réaliser, pas des personnes.

• Le processus de prise de décision est similaire, mais orienté à des fins différentes
Lors des réunions, là où en sociocratie on recherchera le consentement des personnes de l’équipe, en Holacratie on recherchera le consentement des rôles, en fonction de la raison d’être de chaque rôle, du cercle et de l’organisation. Ce seront donc des questions différentes qui seront posées. En sociocratie on demandera « est ce que tu consent personnellement à la proposition ? Peux-tu vivre raisonnablement vivre avec la proposition ? », en Holacratie on demandera plutôt : « vois-tu une quelconque raison pour laquelle cette proposition fera reculer ou causera des dommages à l’organisation par rapport à l’état actuel des choses ? », en se référant à la constitution qui aide à définir cela. En sociocratie, on prend donc des décisions entre des personnes. En Holacratie, on prend des décisions entre rôles qui partagent une certaine proximité fonctionnelle, et en fonction de la raison d’être du cercle et de l’organisation.

Publicités